lejournaldepersonne
     

lejournaldepersonne

Views

1.86 M

Subscribers

15.16 K

Joining Date:
2011-01-29

Views

2.15 M

Followers

56.12 K

Uploads

311

V30:
7.20 K

ER30:
1x

Followers

2.89 K

Country

Category

News & Politics

Profile Type

Creator

Lejournal Depersonne Facebook Page Statistics

Total Views

2.15 M

Videos

311

Average Views/Video

6,913


Videos
  • SANS TITRE !
https://www.youtube.com/watch?v=2L5Cx4KmMoQ
On joue à être quelqu'un
Alors que nous ne sommes personne
Persona, personnage
Un masque sans visage
Je suis, tu es, il est personne
Trois voyelles et cinq consonnes
Point de sens dévisagé
Ni de vérité masquée
J'existe sans la moindre essence
Je vais, je viens et ne reviens jamais
Aucun c'est personne
Personne c'est chacun
Sans identité remarquable
Ni de réalité palpable
Juste une définition provisoire
Pour une histoire dérisoire
J'apparais comme je disparais
Sous l'apparence d'une apparence
Pas d'être derrière, ni devant
Juste un caprice du temps
On commence par le violon
Et on finit par le néant
On se la joue sans se l'avouer
Jusqu'à ce qu'on s'aperçoive
Que tout le monde nous la joue
Cette mélodie du bonheur
Racontée par quelqu'un qui se leurre
Je pense donc je n'y suis pas!

      

  • Macha'Allah
https://www.youtube.com/watch?v=4DF2DXsjiQ8

Elle est belle... vraiment belle !
Pour ne pas attirer l'œil sur elle, il y a en arabe une expression heureuse ou religieuse, on doit dire : "telle fut la volonté de Dieu" à chaque fois que l'on déclare : il est beau, elle est belle.
Ça protège des malins génies.
Ça signifie que tu t'en souviens...
Tu te rappelles que c'est par l'idée du beau que les choses belles sont belles
En grec on dit : « to kalô ta kala kala »
En arabe "Macha'allah": Telle fut la volonté de Dieu
Que la beauté soit
Que nous soyons sensibles à la beauté
Jusqu'à remercier celui qui l'a créée
Devant le beau, on se rappelle de lui, on se rappelle à lui.
Qu'il est beau, qu'elle est belle...
Je songe à mes enfants...
Je ferme les yeux et je rends grâce à Dieu

Qu'est-ce que le beau ? La beauté ?
Une idée ? Un idéal ?
Je dirais plutôt : une semence divine
Qui donne à l'être, une bonne mine
Ça me rappelle le mot d'une peintre italien qui disait que "la beauté était la somme de tous les éléments, s'harmonisant de telle sorte que rien ne devait être ajouté, enlevé ou changé".
Rien à ajouter... rien à enlever... rien à changer...
Qui a dit mieux sur la beauté... ça m'émeut et je ne peux m'empêcher de dire : "telle fut la volonté de Dieu".
Rien à ajouter, rien à enlever, rien à changer...
C'est ce qui est beau dans la beauté... cette perfection qui rappelle à toutes les créatures qu'il y a un Créateur.

      

  • Je suis un animal domestique
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/09/je-suis-un-animal-domestique/
https://www.youtube.com/watch?v=BhA7JXEED0k
J'ai appris à faire la vaisselle en me disant
Que je dois pouvoir faire la vaisselle
J'ai appris à faire la lessive en me disant
Que je dois pouvoir faire la lessive
J'ai appris à faire le ménage en me disant
Que je dois pouvoir faire le ménage
J'ai appris à faire la cuisine en me disant
Que je dois pouvoir faire la cuisine
J'ai appris  à faire de la philosophie en me disant
Que je dois pouvoir faire ce que personne n'a plus envie de faire.
J'ai appris à me débrouiller toute seule en me disant
Que je dois pouvoir me débrouiller toute seule
Sans l'adjonction ou la bénédiction d'un tiers
J'ai appris à rendre doux, même les jours les plus amers
J'ai appris sur le tas un tas de choses
En m'inventant moi-même ma propre cause
Gouverner ma maison m'a semblé être la plus noble raison... d'être
Être gouvernante : animal domestique et en même temps, animal politique 
Pour m'élever, j'élève mes enfants.
Et ça me prend un peu plus que tout mon temps... 
25 heures et des poussières...
À leur apprendre en substance qu'il n'y a qu'un seul substantif : 
La RESISTANCE!
Résistance à l'ennui, résistance au mépris, résistance à l'oubli... de l'Autre.
Le but est dans cette lutte permanente... 
Entre descendre et remonter la pente.
Je leur apprends à apprendre par eux-mêmes ce que j'ai appris par moi-même.
C'est une liberté qui glisse de mes mains pour se hisser dans les leurs.
Passation de pouvoir, sans vice, ni caprice.
C'est ce qui nous paraît être l'essence de toute existence : 
Se fixer une règle de vie et l'observer en toutes circonstances.
Pour ma part, j'ai choisi d'écrire, de vous écrire
Je sais, on le sait : ça ne fait pas vivre !
Mais... ça explique pour quoi je vis
Et ça m'empêche de mourir...
Pour ceux qui s'interrogeaient sur ma vraie vie...
J'espère qu'ils ne sont pas déçus...
Parce que je viens de vous la décrire.

      

  • Quel horizon pour l'Islam en France ?
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/09/quel-horizon-pour-lislam-en-france/
Ils réclament du pain et on leur propose du vain !
#islam #elkaroui 
https://www.youtube.com/watch?v=k10X8FNQn2M

Quel horizon pour l'islam en France ? 
On se posait la question. Ça y est. On ne se la pose plus. On a la réponse. En guise d'horizon, trois propositions sont désormais à l'étude.

a- Renforcer l'apprentissage de l'arabe à l'école
b- Taxer les produits Hallal
c- Créer une association pour le financement du culte musulman...

Cela s'adresse bien entendu à tous les incultes...
Je voudrais attirer votre attention sur l'insulte sous-jacente à cette inestimable main tendue aux musulmans.
Parce qu'au fond de quoi il s'agit ? 
Ni plus, ni moins que d'argent.
Faire de l'argent, make money comme dirait notre président!
Non plus seulement en faisant feu de tout bois mais autant que faire se peut, taxer Dieu... et ses lieutenants.
De l'argent, de l'argent, de l'argent....
C'est tout ce qui compte. Qu'importe la source, ce sont les ressources qui importent.
Après tout, pourquoi pas la religion, si elle remplit les caisses de la nation et donne bonne conscience à ses dirigeants...
L'argent est propre... rend propre... propriétaire.
Ce sont les mains qui sont sales... celui qui ne l'a pas compris, ne comprend que dalle!
Non au terrorisme sauf s'il rapporte de quoi nous permettre de faire comme si...
C'est ce qu'on appelle l'hypocrisie... ou la nouvelle hérésie.

Réexaminons les trois propositions hérétiques ou polémiques ! 

a- renforcer l'apprentissage de l'arabe  à l'école : 
Pourquoi? Pour qu'ils se comprennent mieux entre eux ? 
Pour qu'ils réintègrent plus facilement leur pays d'origine ? Ou pour renforcer la tour de Babel décriée ou redoutée par les conservateurs de musée ? 
Et pourquoi ne pas commencer par renforcer les liens de citoyenneté avec ceux qui sont d'origine arabe ? Nos arabes peuvent vous exprimer leur chagrin même en Mandarin... ils ne se sentent pas si vides, mais avides de liberté, d'égalité et de fraternité.... vraie... parce que notre devise est faussée!
Donnez à quelques arabes des postes de responsabilité et ils vous réapprendront le français! 

b- Pourquoi taxer le Hallal ? Parce que tout ce qui est pur et sain doit rester hors de portée ? Et pourquoi ne pas taxer plutôt le Haram, la merde que vous avez dans les yeux, comme la pensée haineuse et calomnieuse qui produit chaque année des best-sellers... Zemmour vient d'en sortir 1 pour vous rappeler votre déclin.
Pourquoi ne pas taxer la prostitution légalisée des grands esprits qui crève vos écrans et vous fait rêver par-dessus le marché ? 

c- Créer une association pour financer le culte des barbares ? 
Mais c'est déjà fait... ici à Paris... avec le PSG et le jus de couleuvre avalé quasiment par tous les présidents de la 5ème République depuis que l'Arabie et les pays de l'or noir ont décidé de vous acheter... 

Conclusion
Ne vous posez plus de questions métaphysiques. C'est sans effet. Cherchez juste d'où vient et où va l'argent et vous saurez pourquoi vous avez la nausée.

      

  • Footage de Gaule !
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/09/footage-de-gaule/
Un mot pour ceux qui se footent du monde !
https://www.youtube.com/watch?v=mPfGMxoxPzU

C'est son garde du corps qui va nous révéler que notre président a déjà perdu son âme et qu'il ne lui restait plus que son corps à sauver pour persévérer dans son être ou régner en maître.
Tout le monde le savait mais sans vraiment le savoir que l'heureux élu ne devait sa gloire qu'à des malheureux électeurs qui ont voulu croire qu'on pouvait faire de la politique autrement ou faire sans politique.
Et c'est ce qui nous a valu quelques révélations tragi-comiques lors d'un été meurtri plutôt que meurtrier... ou l'on a vu fleurir et en même temps flétrir le meilleur et le pire.
Dans le sillage de Macron, on a vu gagner l'équipe de France qui méritait de perdre mais la chance l'a emporté sur Pas-de-chance dans ce concours de circonstances. Seuls les plus bêtes sont parvenus à faire la fête... peut être pour ne pas briser le miroir aux alouettes de ceux qui ne se soucient que de la victoire même si elle n'a ni queue, ni tête... Tout a été fait à la sauvette: alouette, méchante alouette...que de la poudre de perlin pinpette.
Une réussite sans suite puisqu'elle va être éclipsée par la faillite de Macron et signer la fin de son mythe.
Qu'est-ce qu'on apprend avec l'affaire Benalla ? Que l'histoire de notre premier magistrat est cousue de fil blanc. C'est un amateur, d'une insoutenable légèreté... qui pour sauver son corps, n'hésite pas un instant à sacrifier l'âme de sa nation, sa constitution, ses institutions et ses plus dignes enfants. Et lorsqu'il crie: "venez me chercher". Il feint d'ignorer qu'on n'a surtout pas envie de le retrouver.
Cet homme épris de lui-même est tout simplement méprisant. Il méprise tous ceux qui lui ont permis de remporter la mise. Parce que tout cynique qu'il est, il sait que ce n'est pas mérité. Il hait le peuple qu'il a roulé, comme nous ont roulé certains de nos joueurs de foot, qui ne peuvent s'empêcher de rire quand on les appelle : champions du monde! Quels champions ? Et de quel monde ? 
Comme quoi le succès n'est pas un argument... on peut aller jusqu'à bâtir un empire sur du faux-semblant.
 Je n'irai pas jusqu'à dire que le faux est plus solide que le vrai pour ne pas être sordide... Mais je dirais juste en mauvais français : que le meilleur c'est désormais le plus mauvais.

      

  • Pourquoi j'ai tout raté ? 
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/09/pourquoi-jai-tout-rate/
Cause efficiente et Cause finale 
https://www.youtube.com/watch?v=J0MkykLcnE4
Quant je monte ou descend une pente...Il y a une raison apparente et une raison non apparente.
Quand je cesse de jouer et que je commence à tricher... Il y a une raison affichée et une raison cachée.
Les faits sont ainsi faits : ils ont une raison d'apparaître et une raison de disparaître...
Une raison devant qui crève les yeux et une raison derrière qui crève les cieux à travers mes rêves... ou mes cauchemars... et dont je suis à peine consciente ou dont je suis complètement inconsciente.
On dit alors que je suis dans l'ignorance de cette raison trop intérieure ou trop supérieure... qui se trouve au-dedans ou au-dessus.
Et je ne peux m'empêcher de croire en mon for intérieur, que c'est plus fort que moi, comme une cause dont j'ignore la cause... effective.

Le sage distingue à juste titre deux sortes de causes:
La première est dite : cause efficiente : celle qui raconte comment j'ai raté ma vie, par exemple.
Et la seconde est dite : cause finale : celle qui fait le plus de mal en me révélant pourquoi j'ai raté ma vie, par exemple.

La première c'est l'histoire de toute la science. Le comment. Le commentaire. L'esprit qui rend compte de la matière en disant : c'est moi l'auteur qui sème le trouble, le fauteur de trouble... mea culpa... c'est de ma faute... je plaide coupable et j'admets être la responsable de tout ce gâchis ou de ce hachis Parmentier... pas la peine de me cuisiner plus longtemps, c'est moi le chef, le boss, le big boss... méga-giga-top!

La seconde, c'est l'histoire de toute la religion qui me révèle le fin mot de l'histoire. Le pourquoi du comment le ciel m'est tombé dessus...
Il en est ainsi et pas autrement. 
C'est le mot de la fin, celui qui ne transparaît pas en chemin, mais qui s'apparente à ce que l'on appelle : un destin... mon destin... comme si j'ai fait tout ce que j'ai fait pour tout rater in fine... rater ma croisière, ma carrière et ma mission sur terre. Cela fait partie du mystère, de cette raison cachée qui m'a fait faire ce que j'ai fait... qui m'a fait être ce que j'étais...
Tu n'y crois pas ? Je n'y croyais pas  non plus.
Mais qu'est-ce que ça change à mon forfait ? 
Que le fond de l'air est hors de ma portée... ce n'est pas méga-giga-top, c'est un mini-mini-drop qui explique le pourquoi du comment je ne suis pas au top.

      

  • Qui a peur pour ses enfants ?
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/09/qui-a-peur-pour-ses-enfants/
Le bonheur, c'est de ne pas avoir la même idée du bonheur !
https://www.youtube.com/watch?v=RRgEPJUG5Rc
L'enfant cesse d'être un enfant, le jour où il comprend que l'essentiel de ce qu'on lui raconte est cousu de fil blanc.
Sentir qu'on lui ment est un sentiment à l'origine de tous ses tourments.
Le désespoir de celui qui apprend du jour au lendemain qu'on lui raconte des histoires. 
Que les adultes qu'il consulte ne sont en vérité qu'une insulte à l'intelligence de sa petite enfance.
Et l'enfant se met à douter de tout, à redouter le rien. À se confier au mal, à se méfier du bien. La délinquance n'est pas bien loin!
Et plus d'un, finit par sympathiser avec le Malin.
Freud qui a tout saisi de travers nous dit que l'enfant est un pervers. 
Sans dire que c'est nous qui avons assombri son univers, assimilé son caprice à un vice et sa vertu à un malice pour le soumettre à la police de la pensée.
Et si on le censure c'est parce que ça nous rassure : la rupture avec la nature.
La peur pour nos enfants n'est peut-être qu'un pis aller pour dissimuler la peur de nos enfants ?
Nos enfants nous font peur...oui, c'est ce qui fait notre malheur ou défait leur bonheur...
Notre difficulté d'être, nous a toujours empêchés de les laisser être...
Pour survivre, on dirait qu'on les empêche de vivre.
Imprévisibles, nous faisons tout pour les rendre prévisibles.
Créatifs, nous faisons tout pour les rendre captifs.
Impétueux, nous faisons tout pour leur apprendre la retenue... la mesure au fur et à mesure... La raison, la cloison, la prison...
On leur apprend de faire gaffe à la gaffe. De se poser au lieu d'oser ou de s'opposer.
Autour d'eux, on bétonne comme pour les arraisonner, pour qu'ils restent prisonniers de leur devoir être plutôt que de leur être.
Pour que leur idéal du moi prenne le dessus sur leur moi et leur émoi...
Non pour qu'ils triomphent eux-mêmes mais pour corroborer notre triomphe sur eux.
À chaque fois qu'on leur a fait peur du noir c'est pour sceller notre victoire d'adultes dégénérés ou en dégénérescence.
Je répète pour tous les malentendants et les mauvais intendants :
Nous n'avons pas peur pour nos enfants. Ce sont nos enfants qui nous font peur !

      

  • L'écologie ou l'école de la vie
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/09/lecologie-ou-lecole-de-la-vie/
Le vide a horreur de la Nature !
https://www.youtube.com/watch?v=MmjSUfaWp2o
#Hulot #ecologie #Royal #CohnBendit #Politique #Gouvernement

Qu'avons-nous donc appris ? Qu'avons-nous donc compris ?
Sinon que l'écologie n'existerait pas sans une logique d'école, qui repose sur un dogme et un seul, un axiome et un seul, qui fait office d'axiomatique et selon lequel : Nature et Ordre sont inextricablement liés...
L'ordre n'est pas donné... il faut se le donner... sans discontinuer.
Tout emploi inapproprié de l'énergie est gabegie... c'est du temps perdu.
Tout emploi approprié de la Nature est énergie... c'est du temps retrouvé.
Notre civilisation ne peut que péricliter si elle s'appuie sur une nature dénaturée, usée ou épuisée.
Il faut qu'elle vive pour que nous vivions... Il faut qu'elle dure pour que nous perdurions.
Les anciens disaient : pas de science sans conscience.
On peut dire aujourd'hui que notre existence ne peut avoir aucun sens si elle fait fi de la nature et de ses ordonnances... 
C'est cela l'écologie, le sens écologique, la conscience écologique, la transition écologique.

Ce n'est pas un produit à part dans votre supermarché, mais une vision et une révision de tout le marché!
Une nouvelle façon d'aborder le problème pour ne pas être débordé.
Ne plus accepter n'importe quoi dans notre paquet... pour impacter et avoir un impact sur le cours des valeurs et sur les valeurs en cours. 
L'écologie c'est la quête d'un fondement pour chacun ou l'effondrement de tous! C'est une conquête pour tous ou pour personne. 
Ce n'est pas aux dirigeants mais aux gens de devenir plus intelligents:
Avec un nouveau système d'objets, avec un nouveau traitement des déchets, avec de nouveaux projets, de nouveaux horizons à envisager...
Et ça ne peut pas se faire sans un changement de paradigme, de modèle de société et de mode de productivité.
Il va falloir un jour ou l'autre substituer au principe de réalité qui est entièrement absorbé par la rentabilité et la quête toute bête de profit, un principe de responsabilité qui n'abandonne pas la Nature dans l'homme, mais l'Ordonne et la subordonne à l'intérêt commun!

Moralité :
On ne doit pas changer de ministre mais de registre ... et on ne peut changer de registre avant d'enregistrer que la raison du sinistre c'est aussi bien l'homme dans la Nature que la Nature dans l'homme.

      

  • LE MIGRANT
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/09/le-migrant/ 
"Qui crois-tu que je suis ?"
https://www.youtube.com/watch?v=XYOdscrsjy8

La veille, je n'ai rien eu
Et je suppose que le lendemain, je n'aurais rien, non plus!
C'est aujourd'hui, le jour J... J'y crois... je l'ai cru.
C'est ce que je me disais, c'est ce que je me suis dit... lorsque j'entendis frapper à la porte, ce dimanche après-midi.
Le souci, c'est que je n'ai ni proches, ni voisins, ni amis
Et personne ne sait que je suis ici... Je m'y suis installée en pleine nuit.
Qui c'est ? C'est qui ?
Une voix m'a répondu : je suis
Hé! Pour qui il me prend ? Pour qui il m'a pris ? 
Pour qui vous me prenez, je ne suis pas Moïse !
Et la voix répondit : -Je le sais, je ne suis pas plus bête que je ne suis
-Oui, mais qui êtes-vous? Parce que je n'ai rendez-vous avec personne.
Il soupira, je l'ai entendu soupirer... y a pas pire qu'un soupir.
-Je croyais qu'il me suffisait de frapper pour voir la porte s'ouvrir.
- dites-moi qui vous êtes ? Un seigneur avec un E ou un saigneur avec un A?
- je n'ai jamais rien écrit, je m'appelle Jésus-Christ.
Une chance sur deux pour que ce soit vrai : croix ou pile ? 
Le jeu de hasard m'a toujours semblé infantile... Je n'ai pas ouvert, je ne suis pas une imbécile. Et pour en avoir la preuve, j'ai voulu le mettre à l'épreuve.
- qui vous suit ?   
Il m'a dit : -Jean...même le singe connaît la passion selon Saint Jean... passons! 
- qui vous envie ? 
-le soleil qui brille m'a-t-il dit
Et c'est là que je me suis dit que nul n'est à l'abri d'un coup de soleil
- qui vous renie ? 
-Pierre...
Et dire que c'est sur lui que le Christ a bâti tout son édifice... ça tombe mal surtout pour quelqu'un comme moi qui ne s'est jamais convertie.
- qui vous trahit ? 
-Judas
- oui mais pourquoi ?  Pour quelques euros de plus ? 
- non, me répondit l'inconnu... il a fait ça juste pour m'éprouver comme ce que tu fais en me mettant à l'épreuve des faits ! 
Je ne sus quoi répondre, il en profita pour me retourner la question: "qui crois-tu que je suis ? "
Je ne sais pas moi, un migrant... qui cherche bon gré, mal gré à couvrir son intrusion avec un prétexte transcendant.  " Non, simplement quelqu'un qui a entendu dire que Dieu est grand."
Je lui ai aussitôt ouvert, mais malheureusement il n'y avait personne derrière.

      

  • Polanski, Ramadan, Depardieu
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/08/polanski-ramadan-depardieu/ ‎
La femme est changeante et la gloire vacillante 
https://www.youtube.com/watch?v=hnb3srcfCrs

Il y a quelque chose en nous... qui peut toujours mal tourner... Comment on l'appelle déjà ? 
La liberté... ce qui nous rend dignes et en même temps fragiles à souhait... 
Mauvais signe : c'est avec cette même liberté qu'on court le risque de se perdre, de se damner ou d'être condamné.
Quelque chose en nous qui peut toujours basculer... du bon comme du mauvais côté.
On aspire vers le Bien, tout en étant aspiré par le Mal... pas le temps de respirer...

Qui n'a pas encore goûté à la proximité du beau et du laid n'a encore goûté à rien de vrai.
Le prêtre en nous n'est jamais parvenu à chasser le traître. Tenter d'embrasser Dieu tout en étant tenté de flirter avec le diable.
La tentation la plus infime peut nous apparaître sublime... c'est ça l'abîme!
Même le plus innocent finit  par se sentir coupable.
Et même si on a un nom au-dessus de tout soupçon, on n'est pas à l'abri d'un faux-jeton : Roman Polanski, Tariq Ramadan, Gérard Depardieu ne sont pas des exceptions... ils n'ont fait et ne font que confirmer la règle de notre décomposition :
La marche que l'on gravit pour monter au ciel n'est pas assurée, elle peut céder et nous faire trébucher et donc entrainer notre descente en enfer.

On se croirait au théâtre, du côté de chez Racine :
Un fait nouveau survient, invite les plus vives passions, irrite la plus saine des raisons et précipite notre héros hors de sa vitrine comme pour illustrer sa ruine et la nuit à laquelle il se destine. 

Il n'y a pas plus Tragique que la Comédie Humaine!
Le scandale c'est d'être scandalisé, s'en étonner ou s'en offusquer. C'est comme c'est. C'est comme ça. 
Promiscuité de la belle et de la bête. 
Et tout compte fait, tout maître peut s'avérer laquais s'il ignore ou feint d'ignorer ce qu'il y a dans son paquet : des nœuds à dénouer.

Et cela en dit long sur notre désir, sur notre faculté de désirer. 
Une faculté supérieure de désirer qu'on appelle : volonté...
Et une faculté inférieure de désirer qu'on appelle : volupté...
Aucune des deux n'est jamais sûre de l'emporter... une fois pour toutes!
Parce que la bête nous guette, tout sujet peut à tout moment se retrouver assujetti, au tapis... à souffrir du conflit entre l'âme et le corps, entre la volonté et la volupté.
Qui gouverne qui ? 
Le bleu, le rouge ou le violet ? 
Lequel est libre? Lequel est enchainé?
Même la parole dite "libérée", n'est pas moins enchainée à une mode qui fait tout ce qu'il faut pour qu'elle soit déchainée.
Et moi, je ne sais toujours pas, qui est innocent ?
Non pas parmi eux, mais parmi nous!

      

  • Le bal des hypocrites : Populistes contre Impopulistes
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/08/le-bal-des-hypocrites/
Le monde est un village mais nous ne sommes pas tous des villageois! 
https://www.youtube.com/watch?v=OhhnQMk1d5M

Je n'ai aucun mérite de déclarer que tous les hommes politiques sont hypocrites.
Et même si ma déclaration vous irrite, ce n'est pas une raison de prendre la fuite.
Ce n'est pas pour rire qu'on dit qu'ils sont tous pourris, gâtés ou gâteux, viciés ou vicieux... à chacun selon son niveau d'hypocrisie... parce qu'il y a une échelle, des échelons, des galons même, du moins bien élevé au plus mal élevé !
Il y a une recherche de la fausseté... le faux et l'usage de faux, aucune de ces âmes n'est sans défaut.
On se ment en se disant qu'on ne peut pas faire de la politique autrement.
L'art politique n'est rien sans déguisement. On est ce qu'on ne paraît pas et on paraît ce qu'on n'est pas. 
Ils font tous ce qu'il ne faut pas et leur faux pas est le pas qu'il faut pour que nul ne puisse leur emboiter le pas... pour qu'ils surplombent toujours le peuple qu'ils plombent !
Dans une politique bien comprise, la vérité est contre-indiquée, il faut se mentir éperdument pour gagner gloire, beauté et popularité !
Ils savent qui ils sont mais ne tiennent absolument pas à ce que vous le sachiez, parce que sans ce grand écart, il n'y a pas d'art en politique...
On distingue aujourd'hui deux types d'hypocrites : les populistes et les impopulistes.
Les populistes, ce sont ceux qui disent tout haut ce que les gens se disent en bas et les impopulistes qui disent tout bas, ce que les gens se disent en haut.
C'est l'hypocrisie parlante de deux visions du monde qui s'affrontent.
La pauvre et la riche : la populiste qui fait semblant de servir les siens. Et l'impopuliste qui fait semblant de servir les autres. 
Les deux sont humaines, trop humaines...
Dans les deux cas c'est le peuple qui est desservi ou asservi, amaigri ou grossi pour servir une cause qui n'est pas la sienne.
C'est une farce et on sait qui c'est le dindon, qu'il soit Hongrois ou Français, Italien ou Allemand... ce sont les petites gens qui payent pour se voir avaler par les grands.
Vanité qui dit que tout n'est pas vanité...

Échange de moins en moins courtois entre langue de bois et langue de vipère.
L'une dit : le monde est un village et le village est aux villageois...
L'autre répond : le monde n'a pas le droit d'atteindre mon rivage... la Hongrie est aux Hongrois!
Les deux n'ont pas encore réalisé que le monde n'est plus du tout visé ou divisé comme il le fut ou l'était... il est atteint et atteignable avec un petit clic... 
Aïe! J'ai failli oublier les flux migratoires... pas de panique, vous en aurez plein les yeux sur votre petit écran, ce soir.

Hypocrites ! Hypocrites ! C'est vite dit...
Il ne suffit pas de dire qu'ils jouent tous un jeu par en dessous... parce que ça, on le savait déjà... mais à quel jeu, ils jouent... et ça... vous ne le saurez qu'après avoir été défaits!

      

  • QUI EST MON AMI ?

      

SANS TITRE ! https://www.youtube.com/watch?v=2L5Cx4KmMoQ On joue à être quelqu'un Alors que nous ne sommes personne Persona, personnage Un masque sans visage Je suis, tu es, il est personne Trois voyelles et cinq consonnes Point de sens dévisagé Ni de vérité masquée J'existe sans la moindre essence Je vais, je viens et ne reviens jamais Aucun c'est personne Personne c'est chacun Sans identité remarquable Ni de réalité palpable Juste une définition provisoire Pour une histoire dérisoire J'apparais comme je disparais Sous l'apparence d'une apparence Pas d'être derrière, ni devant Juste un caprice du temps On commence par le violon Et on finit par le néant On se la joue sans se l'avouer Jusqu'à ce qu'on s'aperçoive Que tout le monde nous la joue Cette mélodie du bonheur Racontée par quelqu'un qui se leurre Je pense donc je n'y suis pas!

 

 

Upload

2018-09-18

The above data represents video analysis and stats of Lejournal Depersonne Facebook page