lejournaldepersonne
     

lejournaldepersonne

Views

1.92 M

Subscribers

15.33 K

Joining Date:
2011-01-29

Views

2.15 M

Followers

56.44 K

Uploads

311

V30:
1.57 K

ER30:
_ _

Followers

2.90 K

Country

Category

News & Politics

Profile Type

Creator

Lejournal Depersonne Facebook Page Statistics

Total Views

2.15 M

Videos

311

Average Views/Video

6,913


Videos
  • Rire DEVOS larmes !
Au sujet DEVOS pétitions...

      

  • Des millions de délaissés : émoi, aime-moi et moi !

Il faisait froid... c'était peu avant minuit
Je remontais la rue Mouffetard quand je l'aperçus..
Au pied du mur il était assis
Il leva les yeux et me sourit...
Il a toujours été là, ce sans abri
Mais cette nuit... tous les deux nous fûmes surpris
Par un étrange sentiment de déjà vu
Peut-être l'incongru de nos deux vécus
Je ne l'ai pas connu...il ne m'a pas connue
Mais nous nous sommes reconnus
Comme deux inconnus mis à nu
Parce qu'ils vivent dans la même rue
Entre quatre murs pour l'une
Aux quatre vents pour l'autre
Un instant de toute intensité entre deux existants qui ignorent pourquoi
Il en est ainsi et ne peut en être autrement.
La fragilité, la précarité, la pauvreté de notre condition... peut-être ?
J'ai beau être nourrie, logée et chérie
Je ne pus m'empêcher de ressentir
Une certaine proximité avec cet homme sans intimité
s.d.f. comme il dit, et qui incarne à lui tout seul,
Tous mes griefs contre la banalisation de ce mal social
Je me sentis tout aussi abandonnée
Ni pitié, ni empathie
Ce fut comme un éclair de lucidité
J'y voyais soudain plus clair dans cette épaisse obscurité
Et le réel me devint insupportable... inacceptable
Je l'ai invité aussitôt chez moi
Pour y passer la nuit... toutes les nuits.
Il refusa avec un soupçon de majesté
Il eut peur... mais de quoi ?
Il préférait son sort à mon confort...
Et ne voulait l'échanger pour rien au monde...
Parce que cela faisait partie de son odyssée,
De son échappée... belle
De son bras d'honneur au mutisme de son prochain.
Je ne pus m'empêcher de lui poser cyniquement la question :
S'il ne trouvait pas bizarre de me voir insister à ce point
Pour l'embarquer dans mon pied à terre...
Il me répondit sans malice qu'il n'est pas du tout étonné...
Parce qu'il est persuadé d'être... l'homme de ma vie
Je ne sais pourquoi, je fus bouleversée
Comme s'il m'avait révélé... la seule vérité vraie :
"Reconnais-toi toi-même"
Sur le champ, je n'eus, ni cette reconnaissance, ni cette intelligence...
Après, je l'ai regretté comme jamais
Parce qu'il était bel et bien, l'homme de ma vie
Le lendemain, le SAMU a retrouvé un corps gisant par terre
Mort de faim et de froid... c'était lui...
Non... je ne vous raconte pas d'histoire
C'est à moi que je la raconte !

      

  • La République, c'est moi !
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/11/la-republique-cest-moi/ ‎
#Mélenchon #république 
J'emprunte ce coup de colère à Mélenchon pour en faire un cours, un cours de chant, un cours de chant républicain, pour apprendre à tous les démocrates qui lui sont tombés dessus, à bien nouer leur cravate au lieu de passer leur temps à cirer les savates.

La République, c'est moi : veut dire que la République, c'est aussi toi...mais apparemment, tu ne le sais pas.

C'est d'un niveau de conscience élémentaire: nous sommes frères et fiers d'être frères...c'est sur mon front, c'est sur ton front et sur tous les frontons de la République.
La fraternité n'est pas la dernière, mais la première devise républicaine. 
Nous n'avons peut-être pas le même sang qui coule dans nos veines, mais la veine de vouloir le même sens en politique : un sens commun, la même chose politique, la res publica comme force commune que nul ne peut remettre en cause.
Et c'est parce que nous avons quelque chose en commun que je ne vois que ce qui nous rapproche et non ce qui nous sépare, ce qui nous unit et non ce qui nous abrutit.
Pour toi comme pour moi, c'est la Loi... 
C'est pour cette raison que Melenchon a élevé la voix ou crié son désarroi... pour dire : que si tu t'en prends à moi, c'est à toi que tu t'en prends... et ça se comprend.
Et qu'avons-nous donc en commun toi et moi ? 
Trois choses :
Un lien, un bien et un destin en partage... qui rendent caduc tout clivage.
Et si Mélenchon crie c'est pour graver dans le marbre, ce message : 
Aucun autre moi que moi ne peut m'empêcher d'être chez moi... de me sentir chez moi et de faire valoir ce droit qui est en même temps ton droit... à cette appartenance, à cette transparence qui se moque du jeu des apparences, que les médias encensent.

La République est pour tout un chacun, un refuge, le seul refuge qu'aucun juge ne peut s'adjuger sans rompre le lien sacré et non secret, qui nous lie les uns aux autres.

Melenchon n'a pas eu tort de vouloir redresser les torts de toute police, de toute justice qui oublie qu'il n'y a que la Loi pour nous servir de fil d'or.
La même pour tous et tous les mêmes devant la porte de la loi. Cela s'appelle : l'égalité.
Nous sommes égaux devant la Loi : les représentés comme les représentants, les inculpés comme les inculpants, les justiciables comme les justiciers... tous logés à la même enseigne qui consacre le règne de la république.
Tous sujets de droit et non sujets aux abois comme sous un régime tyrannique ou despotique.

La République c'est moi, et si Melenchon en rajoute c'est pour que nul ne remette ce chante en doute.
Parce que c'est le chant de la liberté, celui de la Marseillaise, devise pas tout à fait conquise... mais qu'il faut sans cesse chérir et reconquérir... en poussant la porte ou en repoussant la mauvaise escorte...

Tu ne sais donc pas qui je suis ? 
Je suis la Loi. 
Et toi qui es-tu pour m'empêcher de faire valoir mon faire valoir ? 
Difficile dans ce cas, de garder son sang froid... tous ceux qui l'ont gardé dans l'histoire ont fini broyés dans un abattoir.

Merci et au revoir!

      

  • Me too & Mythos
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/11/me-too-mythos/
Y-a-t-il un remède contre le harcèlement ?
#BalanceTonPorc
https://www.youtube.com/watch?v=-zu1pwBfd98

      

  • Les ombres du 17 Novembre
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/11/les-ombres-du-17-novembre/
C'est axé sur l'essence mais c'est l'existence qui est taxée!
#17Novembre #carburants
https://www.youtube.com/watch?v=919f6V9gB_g
Elle n'en peut plus... d'être saignée à blanc par des rois fainéants qui lui font payer ses courbes d'ajustement ou l'insuffisance de leur mode de gouvernement.
Comme si on ne pouvait être dans l'axe, sans devoir rajouter une taxe à une autre taxe!
Je vais peut être vous surprendre en faisant une toute autre lecture de ce non évènement où l'on se ment pour abréger nos tourments.
Il faut imaginer les choses tout autrement pour approuver ce semblant de soulèvement, cette révolte à deux volts, ce ras le bol qui ne peut avoir de valeur que comme symbole.
Politiquement, ça ne vaut pas un clou mais symboliquement, ça peut vous rendre fou.
Que dit la France, sinon qu'elle n'a plus de quoi se payer son essence pour exister ? 
Ni plus assez d'essence pour carburer ou pour rouler pour ceux qui rêvent de la voir s'écrouler ? 
La France est en panne sèche, elle n'a plus d'essence, plus d'être pour faire acte d'être.
Son âme flambe, son corps n'a plus de jambes... c'est l'hécatombe!
Et tous les matins, on réveille sa conscience en lui rappelant qu'elle doit payer pour avoir droit à l'existence...
Que l'essence qui lui permet de se mouvoir n'est pas gratuite mais payante... que l'être est hors de prix!
Que le progrès a horreur des regrets... 
Il faut qu'elle choisisse : qu'elle marche ou qu'elle crève... 
Ce 17 novembre, nous verrons planer des ombres, de plus en plus sombres pour nous signifier qu'il n'est pas question d'essence mais de crise existentielle qui déplore l'absence de l'essentiel : plus d'être, ni de valeur... tout fout le camp!

      

  • Voulez-vous que je vous raconte votre vie ?
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/11/raconte-votre-vie/
Adressez-vous à Personne : Personne@lejournaldepersonne.com
https://www.youtube.com/watch?v=RhQ3eAlw3uA

      

  • Dédicace
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/11/dedicace/ ‎
Rien que pour vous !
https://www.youtube.com/watch?v=m09rS1_9bvQ

      

  • Ma précarité
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/11/ma-precarite/ ‎
J'y arrive pas... j'y arrive plus... je ne sais même pas si j'ai le désir d'y arriver...
à gagner ma vie, à nourrir ma famille, à rentabiliser ce que je suis...
Ma plume n'est pas exportable... et la table de ma loi n'est pas rentable.
Comment dire.... que je suis à bout... Comme tous ceux qui s'efforcent à joindre les deux bouts.
Je subis comme on dit, le sort de toute ironie, le revers de toute fortune... Parce que nul n'a le droit de créer sans rien devoir en retour.
C'est très étrange même le don de soi a un coût : la tête et les yeux.
Tout me pousse à intégrer le système marchand.
J'ai beau dire que je ne suis pas une marchandise, je ne peux éviter ma désintégration... ma solitude... ma lassitude... ma finitude.
Suis-je le cordonnier le plus mal chaussé?
Suis-je l'aide-soignant le plus mal soigné ?
Suis-je l'artiste le plus triste ou le plus attristé ?
Il paraît que nous le sommes tous et toutes... parce que le verbe être... est en crise. On ne gagne pas assez pour rembourser la dette... celle que nul n'a contractée.
Qu'avons-nous à perdre ? T O U T
Puisque l'existence est devenue une question de comptabilité ... voire d'incompatibilité... Entre les moyens et les raisons de vivre.
Tout à perdre... rien à y gagner.
Quelques fleurs... quelques flirts entre grands esprits et puis RIEN.
Rien ne suffit à combler le trou de notre sécu mentale et morale.
Je ne vais pas me tirer une balle dans la tête... NON.
Mais je vous demande de le faire... en cessant de m'encourager à faire ce que je fais: Exister !
https://www.youtube.com/watch?v=hHczaoFaOgo

      

  • LES FAUCONS PATRIOTES
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/11/les-faucons-patriotes/
Gavroche ou la liberté qui vous fait les poches ! 
https://www.youtube.com/watch?v=MgFRnwhVRhQ

Non je ne fabule pas...
Lorsque je dis que tu te leurres.
Tu n'as pas intérêt à consulter ton cœur pour apprendre que nul ne cherche ton bonheur.
C'est débile et infantile comme dialectique : pour que l'un vive, il faut que l'autre meure.
Ce ne sont plus les astres mais les désastres qui indiquent l'heure.
Non le temps qu'il fait mais le temps qui te défait ou annonce ta défaite !
Tous les règlements sont désormais tributaires de ce dérèglement climatique parce que les hommes ne sont plus seulement pathétiques, ils sont devenus antipathiques... sans pitié les uns pour les autres...
Ils sont fous furieux, avec ou sans Dieu. Ils veulent à tout prix te chasser et occuper les lieux, dominer, te dominer coûte que coûte, même s'ils ne disposent d'aucune clé de voûte.
Qui sont-ils ? 
Ils sont extrémistes, moralistes et immoralistes en même temps.
Ils vont trouver les mots pour te faire la peau, des mots de la même famille : patrie, patriotes, patriotisme... des mots élaborés le plus souvent par des enfants qui ont assassiné leur père.
Ne pouvant passer par devant, ils sont passés par derrière. 
Ils veulent tout défaire pour tout refaire à leur image et de travers.
Ils s'estiment comme les seuls dignes héritiers d'un édifice qu'ils n'ont pas édifié mais qui leur revient de droit parce qu'ils ont décapité leur roi et élevé au plus haut point, le culte du moi.
Parti sans répartie : c'est la patrie du Moi....
Car elle en veut à la terre entière sous le nom de Gavroche !
Elle s'exprime au nom du peuple pour lui faire les poches.

      

  • Stop à Israël !
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/11/stop-a-israel/
Lettre ouverte aux juifs de France
#Palestine #Israël
https://www.youtube.com/watch?v=kFFgMj4XpDk
Un palestinien m'a écrit avant hier... mais il est mort hier... Et celui qui m'a écrit hier, il est mort aujourd'hui... et celui qui m'a écrit aujourd'hui... va mourir demain... Il s'adressait à moi en tant que française et voilà ce qu'il me confessait :

L'élu brésilien, à peine élu, avant même de remercier ceux qui l'ont porté aux nues, commence par déplacer l'ambassade de son pays à Jérusalem... comme s'il craignait, en cas d'oubli, qu'un lien avec le ciel ait pu être rompu... ça vous dit jusqu'à quel point le monde est devenu cocu!
Ne croyez vous pas que là-dedans, il y a quelque chose de mal conçu, de bien tordu ? 
Permettez-moi à travers votre journal d'interpeller 
tous les juifs de France : 
- On peut être juif et ne pas admettre les excès de zèle d'Israël.
On peut être juif et rebelle même si on ne peut pas ne pas subir Israël.
Mais merde ! On peut faire la part des choses sans remettre l'existence ou l'espérance des juifs en cause. Juste en renonçant à ce silence complice de la puissance et de la nuisance israélienne.
Dire non, tout bêtement à la raison du plus fort pour faire preuve de bon sens et d'intelligence... et ne plus nous faire avaler cette politique du fait accompli qui offense et ne redoute pas l'outrance.
Je n'entends pas les juifs français élever la voix rien que pour dire : n'exagérons rien... Israël n'est pas la bonne ni l'unique réponse à la question juive...
C'est sioniste... ce qui signifie de plus en plus ouvertement : raison totalitariste... pour leurrer ceux qui pleurent ou faire pleurer ceux qui se leurrent.
Ça donne à Israël une fausse bonne conscience et lui épargne sa vraie mauvaise conscience... au sujet de son impérialisme croissant qui ne cesse de croître en effaçant toute autre prétention que la sienne, imposante et imposée et avec laquelle tous les juifs de France ont fini par composer.
Et si le génie d'un Finkielkraut se mettait à se souvenir de l'animal palestinien au lieu de fermer les yeux sur ceux qui l'abattent sous prétexte qu'il est dangereux pour la survie des hébreux.
Et si Zemmour le martien, qui utilise de plus en plus des concepts Marxiens ou marxistes, voulait bien dé-monter ou démontrer en toute clarté la mauvaise foi d'Israël, sa ruse et ses excuses pour s'implanter et supplanter les palestiniens sur leurs propres terres... il serait pour une fois bien inspiré!
Qu'est-ce qu'elles attendent, toutes ces voix pour se faire entendre ? 
Pour dire non à l'empire, à cette colonie pénitentiaire, à cette prison à ciel ouvert... qui creuse avec le terrorisme la tombe de ses adversaires.
Pourquoi pas Drucker, Bruel ou Griezmann pour dire à leur pays de prédilection qu'on ne peut pas faire le mal en toute impunité au nom de l'identité, de l'intégrité ou de la sécurité d'Israël. 
Il n'y a pas de limite à la mauvaise foi qui va jusqu'à traiter d'antisémite tout désir de Justice et d'équité! 
Où est donc passée la fierté juive ? Celle de Moïse ou du roi Salomon ?
À tous ceux qui sont au top, c'est le moment je crois de dire STOP à ISRAËL.

      

  • C'est quoi ton sexe ?
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/10/cest-quoi-ton-sexe/ ‎
Le mauvais genre ! 
https://www.youtube.com/watch?v=VcSDbtfKH7o

C'est loin d'être innocent, parce que ce n'est pas à vous mais à votre enfant que l'on pose la question du genre déclinée de sept façons pour le sensibiliser à je ne sais quel genre de sensation.

Première façon : tu es un homme et tu te sens un homme
Deuxième façon : tu es une femme et tu te sens une femme
Troisième façon: tu es un homme et tu te sens une femme
Quatrième façon : tu es une femme et tu te sens un homme
Cinquième façon : tu te sens à la fois homme et femme
Sixième façon : tu ne te sens ni homme, ni femme
Septième façon : c'est toi qui te façonne indépendamment du sexe de ta personne.

Loin d'enrichir le débat, ces nouvelles façons de se poser la question nous empoisonnent !
On les soupçonne même d'être des contre façons pour dénaturer la nature et déculotter la culture.
On s'arrache, ce qui veut dire qu'on arrache ses racines sous prétexte que c'est la liberté qui nous détermine...
La sensualité prime et réprime la sexualité.
C'est écrit dans les textes et par delà les sexes:
L'homme est une femme comme une autre et la femme un homme comme un autre nous disent tous les nouveaux apôtres.
C'est ainsi qu'on instruit les petits d'aujourd'hui...
Nouvelle façon de les faire grandir en leur faisant sentir ce qu'ils n'auraient jamais senti, ni pressenti par eux-mêmes. 
À savoir qu'il n'y a pas de Nature mais de la haute couture avec des postures cousues de fil blanc...
Autrement dit des impostures : tu n'es pas ce que tu es et tu es ce que tu n'es pas. Sartre, es-tu là?
Toute identité peut être assimilée à une contre façon... et la réalité à une contre vérité... 
Mon fils n'a pas intérêt à me poser la question...
Beauvoir y répond: on ne nait pas homme, on le devient!
Et moi je dis que c'est de moins en moins sûr comme devenir...

      

  • Tunisie : la RUMEUR en personne
https://www.lejournaldepersonne.com/2018/10/tunisie-la-rumeur-en-personne/
Attentat en Tunisie
#Tunisie #Terrorisme #KamikazeTn

C'est la rumeur qui rend la Tunisie de bonne ou de mauvaise humeur.
Rumeur qui dit comment le pays se porte et toutes les contradictions qu'il supporte.
L'essence de la rumeur en Tunisie est sans plomb, elle ne tue pas mais dit comment on s'y entretue.
Contradiction informative et performative : la rumeur dit que tout ce qui se dit relève de la rumeur... ce n'est pas la vérité si je mens mais la vérité si et seulement si, je meurs ... il n'y a aucun péril en la demeure, mais juste un leurre... qui définit cette métaphysique des mœurs, selon laquelle : Il n'y a pas de lot sans complot, ni de vice sans complice.
Et ce qui est stupéfiant : c'est que la Tunisie n'a jamais été dupe de son propre marché de dupes. Le dicton local raconte que le pays vend le singe pour se payer la tête de celui qui l'achète.
Dans tous les rôles joués, il y a quelque chose de drôle... même le nuisible s'avère parfois risible.
C'est l'un des seuls pays au monde où l'on estime ridicule même la physique des particules... point de logique sans intention démagogique... il faut réaliser que tout tunisien est politisé d'office... A travers le plus petit comme le plus grand service, il y voit l'amorce d'un rapport de force entre entubés et entubeurs, foireux et enfoirés, malins et pantins.
Même le plus atteint de surdité conserve sa part de lucidité.
Et tout le monde, qu'il le veuille ou non, est inscrit à cette mutuelle des leurres pour maudire le malheur et bénir le bonheur : ou le prédire en disant :inch'allah.
Et tout ce qu'il y a dans la valise, y compris mon analyse, n'échappe pas à la brise de la rumeur... ce vent léger qui rend l'été agréable et l'hiver sortable...
Sans compter qu'avec les réseaux sociaux et la multiplication des portables, il n'y a désormais plus rien sur la table, tout est en dessous, dissous ou en rapport avec de gros sous... car ici, l'argent ne fait pas la rumeur, c'est la rumeur qui se fait de l'argent en révélant tout ce qui est enfoui dans les cœurs, avec des compresses avalisées par toute la presse...
Aucun secret d'état que des secrets de polichinelle où l'on voit l'ami pousser son ami dans un puits juste pour voir comment il réagit.
Et comme surprise party, on me demande de me prononcer sur le dernier attentat en Tunisie... peut être parce que mes amis me prennent pour Agatha Christie...
Difficile de déterminer la part de rumeur parce que je suis limitée par ma part de pudeur.
Si je mesure toute la distance qui sépare le sommet de la base, est-ce que j'ai le droit de parler de kamikaze ?
Et même si je prends très au sérieux cet acte terroriste, je ne peux me l'expliquer d'une manière royaliste ou loyaliste ou même en tant que journaliste sans tomber dans le piège tendu par la RUMEUR en personne.
Disons que ses artisans et ses partisans ne me le pardonneront pas... parce qu'ils savent que je sais que nul ne peut faire abstraction de cette prison à ciel ouvert qu'on appelle : l'imagination... maitresse d'erreur et de fausseté.
https://www.youtube.com/watch?v=LmHcI2kmKYw

      

Rire DEVOS larmes ! Au sujet DEVOS pétitions...

 

 

Upload

2018-11-15

The above data represents video analysis and stats of Lejournal Depersonne Facebook page